Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol22.djvu/180

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


il subit l’examen avec une entière assurance et à sa grande satisfaction. Il a tout fait, tout observé, et depuis sa jeunesse. Ne faudrait-il rien de plus ? Il fait parade de ses illusions avec tant de candeur, que Jésus le prend en affection. Évidemment, comme Juif, il était ce qu’il pouvait et devait être. La loi, la règle traditionnelle, ne lui demandait rien de plus. Jésus va donc élargir le cercle du devoir, et se sert à ce propos d’une formule très énergique, étonnante, et même, si l’on veut, absurde au point de vue du bon sens pratique, mais parfaitement propre à rendre palpable l’idée qu’elle devait représenter. La pierre de touche qu’il applique à l’or de cette vertu légale, c’est tout simplement la question de savoir si elle irait jusqu’à l’abnégation des intérêts terrestres légitimes, en vue de biens supérieurs, mais purement spirituels. S’il pouvait rester le moindre doute à cet égard, le fait que Marc explique lui-même l’invitation de Jésus par cette autre formule : se charger de sa croix, et puis l’interprétation donnée plus bas, par le v. 29 des trois textes, prouvent que nous aurions bien tort de ne voir dans la phrase que nous avons sous les yeux, que le conseil positif et direct de jeter l’argent par la fenêtre. La vertu chrétienne ne doit pas se tracer de limites. L’amour de l’argent est une des mille pierres d’achoppement contre lesquelles la faiblesse morale vient se heurter, un des écueils qui en révèlent la fragilité. Il n’est signalé ici qu’à titre d’exemple, et l’on aurait tort de croire que cette histoire ne doit pas avoir une portée plus générale, ou qu’elle doit signaler la richesse elle-même, objectivement, comme un mal.

Cette seconde épreuve, le jeune homme ne la soutient pas. Le royaume de Dieu, la vie éternelle, telle qu’il l’a conçue, ne vaut pas ce prix à son gré. Jésus le voit partir à regret, et il proclame avec douleur, devant ses disciples, une vérité qu’il a bien souvent déjà répétée sous des formes diverses (Matth., vi, 19 ; xxii, 49 ; iii, 44 ; x, 9, 37 ; xvi, 24 ; Luc, ix, 62 ; xii, 22 ; xiv, 26), mais