Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol22.djvu/190

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vaux ; comment les hommes se comportent dans l’amitié, l’hostilité, et ainsi jusqu’à l’infini.

Si l’on a choisi les formes de la constitution politique, les seules que l’on ait, jusqu’à présent, choisies et étudiées avec succès, ce n’est pas qu’elles nous intéressent particulièrement, mais parce que nous les jugeons importantes et que, parmi certaines formes gouvernementales, les unes nous paraissent meilleures, les autres pires. De sorte que les études historiques, en ce sens, se font en se basant sur notre idéal de la vie gouvernementale.

L’étude des autres objets n’est qu’un contrôle pour savoir à quel point les phénomènes étudiés s’appliquent à ceux que nous avons décidé être bons. Et tout cela est possible pour tous les phénomènes de la vie humaine, tant que nous garderons la conviction naïve que, sous certains rapports, nous connaissons ce qu’il y a de mieux. Mais ici il est arrivé aux historiens un petit désagrément. Au beau milieu de leur joie ils se sont mis à entasser dans leurs paniers, comme l’enfant ramasse ses jouets dispersés, tout ce qu’ils avaient sous la main : commerce, instruction, mœurs, folklore (ils aiment beaucoup ce mot), et bien que tout cela n’ait pu rentrer dans leur panier, leur jeu n’en a pas été gâté.

Si les hommes sont convaincus que Paris en 1880 représente l’idéal de la vie, on peut alors, s’adaptant à cet idéal, décrire n’importe quelle