Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol22.djvu/269

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


17. Il est même écrit dans votre loi que le témoignage de deux hommes est digne de foi. Et dans votre loi il est écrit que le témoignage de deux hommes suffit.
18. C’est moi qui rends témoignage de moi-même ; et le père qui m’a envoyé me rend aussi témoignage. Moi je témoigne de moi-même et le Père qui m’a envoyé 1) témoigne de moi.
19. Ils lui dirent : Où est ton Père ! Jésus répondit : Vous ne connaissez ni moi ni mon Père. Si vous me connaissez vous connaîtrez aussi mon Père. Et les Juifs lui dirent : quel est ton Père ? Et Jésus répondit : Vous ne me connaissez pas et vous ne connaissez pas mon Père. Si vous me connaissiez vous connaîtriez mon Père. Si vous ne me connaissez pas, vous ne connaissez pas mon Père. 2)

Remarques.

1) Comme troisième preuve de la véracité de sa doctrine, Jésus montre qu’elle est confirmée par deux témoins, par l’homme lui-même et par son Père, Dieu.

2) À la question des Juifs : quel est ton Père ? Jésus répond : précisément tout est là : vous ne connaissez pas votre Père ; vous ne connaissez pas votre origine. Si vous le connaissiez vous me connaîtriez aussi et tout serait clair pour vous. Il répète ce qu’il a dit à Nicodème, que la base de tout c’est de comprendre d’où est parue la vie, — l’esprit de l’homme.


Ταῦτα τὰ ῥήματα ἐλάλησεν ὁ Ἰησοῦς ἐν τῷ γαζουφυλαιϰίῳ, διδάσϰων ἐν τῷ ἱερῷ· ϰαὶ οὐδείς ἐπίασεν αὐτόν, ὅτι οὔπω ἐληλύθει ἡ ὥρα αὐτοῦ.