Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol22.djvu/279

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


laquelle ils ne peuvent pas et ne veulent pas comprendre son culte de Dieu.


Ἀπεϰρίθησαν οὖν οἱ Ἰουδαῖοι ϰαὶ εἶπον αὐτῷ· οὐ ϰαλῶς λεγομεν ἡμεῖς, ὅτι Σαμαρείτης εἶ σύ ϰαὶ δαιμόνιον ἔχεις ;

Ἀπεϰρίθη Ἰησοῦς· ἐγώ δαιμόνιον οὐϰ ἔχω, ἀλλά τιμῶ τὸν πατέρα μου, ϰαὶ ὑμεῖς ἀτιμάζετέ με.

Ἐγώ δὲ ζητῶ τὴν δόξαν μου· ἐστιν ὁ ξητῶν ϰαὶ ϰρίνων.


Jean, viii, 48. Les Juifs lui répondirent : N’avons-nous pas raison de dire que tu es un Samaritain, et que tu es possédé du démon ? Et en réponse les Juifs lui dirent : N’avons-nous pas dit vrai que tu es un Samaritain fou ?
49. Jésus répondit : Je ne suis point possédé du démon, mais j’honore mon Père, et vous me déshonorez. Jésus répondit : Je ne suis pas fou, mais j’honore mon Père et vous me déshonorez.
50. Je ne cherche point ma gloire ; il y en a un autre qui la cherche et qui en jugera. Je ne raisonne point de ce qu’il me paraît. Il existe celui qui raisonne et punit 1).

Remarques.

1) Ces paroles ne sont pas claires, mais d’après les versets qui suivent leur sens doit être que celui qui raisonne et punit, c’est la mort.


Ἀμὴν, ἀμὴν λέγω ὑμῖν· ἐάν τῖς τὸν λόγον τὸν ἐμόν τηρήση, δάνατον οὐ μὴ θεωρήση εἰς τὸν αἰῶνα.

Εἶπον οὖν αὐτῷ οἱ Ἰουδαῖοι· νῦν ἐγνώϰαμεν, ὅτι δαιμόνιον ἔχεις· Ἀβραάμ ἀπέθανε ϰαὶ οἱ προφῆται, ϰαὶ σύ λέγεις· ἐάν τις τὸν λόγον μουι τηρήση, οὐ μὴ γεύσεται θανάτου εἰς τὸν αἰῶνα ;

Μὴ σὺ μείζων εἶ τοῦ πατρός ἡμῶν· Ἀβραάμ, ὃστις ἀπέθανε ; ϰαὶ οἱ προφῆται ἀπέθανον· τίνα σεαυτόν σὺ ποιεῖς ;

Ἀπεϰρίθη Ἰησοῦς· ἐάν ἐγώ δοξάζω ἐμαυτὸν, ἡ δόξα μου οἰδέν