Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol22.djvu/347

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ce n’est pas moi, avec mes paroles, qui te l’ai révélé, c’est Dieu mon père qui te l’a fait comprendre.

Et c’est sur cet entendement qu’est basée la réunion des hommes pour laquelle il n’y a pas de mort.