Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol22.djvu/72

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ἔρχεται ; ἰδού, λέγω ὑμῖν ἐπάρατε τοὺς ὀφθαλμοὺς ὐμῖν ϰαὶ θεάσασθε τάς χώρας, ὅτι λευϰαί εἰσι πρὸς θερισμὸν ἣδη.

Καὶ ὁ θερίζων μισθὸν λαμβάνει ϰαὶ συνάγει ϰαρπόν εἰς ζωὴν αἰώνιον· ἴνα ϰαὶ ὁ σπείρων ὁμοῦ χαίρη ϰαὶ ὁ θερίζων.

Ἐν γὰρ τούτῳ ὁ λόγος ἐστὶν ὁ ἀληθινὸς, ὅτι ἄλλος ἐστὶν ὁ σπείρων ϰαὶ ἄλλος ὁ θερίζων.

Ἐγώ ἀπέστειλα ὑμᾶς θερίζειν, ὅ οὐχ ὑμεῖς ϰεϰοπίαϰατε· ἄλλοι ϰεϰοπιάϰασι, ϰαὶ ὑμεις εἰς τὸν ϰόπον αὐτῶν εἰσεληλύθατι.


Jean, iv, 31. Cependant les disciples lui disaient, en l’en priant : Maître ! mange. Et voici qu’une fois ses disciples lui demandèrent : Maître, as-tu mangé ?
32. Jésus leur dit : J’ai à manger dune viande que vous ne connaissez pas. Il leur dit : J’ai une nourriture que vous ne connaissez pas.
33. Les disciples donc se disaient les uns aux autres : Quelqu’un lui aurait-il apporté à manger ? Et les disciples se disaient entre eux : Quelqu’un lui aurait-il apporté à manger ?
34. Jésus leur dit : Ma nourriture est de faire la volonté de celui qui m’a envoyé, et d’accomplir son œuvre. Et Jésus leur dit : Ma nourriture est de faire la volonté de celui qui m’a envoyé et d’accomplir ses œuvres.
33. Ne dites-vous pas qu’il y a encore quatre mois jusqu’à la moisson ? Mais moi je vous dis : Levez vos yeux et regardez les campagnes qui sont déjà blanches et prêtes à être moissonnées. Ne dites pas qu’il y a encore quatre mois avant la moisson. Moi je vous dis : Levez les yeux et regardez les champs déjà blanchis, prêts pour la moisson.
36. Celui qui moissonne en reçoit la récompense, et amasse le fruit pour la vie éternelle ; en sorte que celui qui sème et celui qui moissonne en ont ensemble de la joie. On paie celui qui moissonne, et il amasse les fruits pour la vie en dehors du temps. En sorte 1) que celui qui a semé et celui qui moissonne se réjouissent ensemble.
37. Car en ceci ce qu’on dit est vrai, que l’un sème et que l’autre moissonne. Car il est juste ce dicton : que l’un sème et que l’autre moissonne.