Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol22.djvu/71

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


à affirmer son équité, alors on s’accuse soi-même. Pourquoi as-tu besoin du talent si tu l’as caché ? il faut le remettre à celui qui le fait fructifier. L’entendement est en chacun, c’est la vie.

Si tu ne veux pas aller à la vie, la vie s’en ira de toi. Il n’y a ni récompense ni punition pour les hommes. Les hommes ne vivent pas pour eux. S’ils vivaient pour eux il y aurait des récompenses et des punitions pour eux. Les hommes ne vivent pas pour eux, mais Dieu en l’homme vit pour lui. Si l’homme vit pour Dieu, alors il vit. S’il vit pour lui sans Dieu, il ne vit pas. Et de même qu’on ne peut pas vivre plus ou moins, l’homme vit ou ne vit pas. Ici il n’y a ni punition ni récompense, il y a la vie ou la mort.

La doctrine du Christ n’est rien d’autre que l’enseignement de ce qui est la vie et de ce qui est la mort. La vie, c’est l’entendement ; le reste est la mort.


SUR LE PAIN DE VIE

Ἐν δὲ τῷ μεταξύ ἠρώτων αὐτὸν οἱ μαθηταὶ, λέγοντες, Ῥαββὶ φάγε.

Ὁ δὲ εἶπεν αὐτοῖς, Ἐγὼ βρῶσιν ἔχω φαγεῖν, ἢν ὑμεῖς οὐϰ οἰδατε.

Ἕλεγον οὐν οἱ μαθηταί πρὸς ἀλλήλους, Μὴ τις ἤνεγϰεν αὐτῷ φαγεῖν.

Λέγει αὐτοῖς ὁ Ἰησοῦς, Ἐμόν βρῶμα ἐστιν, ἴνα ποιῶ τὸ θέλημα τοῦ πέμψαντος με ϰαὶ τελειώσω αὐτοῦ τὸ ἔργον.

Οὐχ ὑμεῖς λέγετε, ὅτι ἔτι τετράμηνον ἐστι ϰαὶ ὁ θερισμός