Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol24.djvu/153

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sens faux à la vie humaine, la science, élevée sur cette base religieuse, étendra ce sens faux à la vie des hommes. Voici ce qui est arrivé avec notre science et notre philosophie européennes chrétiennes : Pour l’Église le sens fondamental de la vie de l’homme est le droit au bonheur, et ce bonheur n’est pas le résultat de ses efforts, mais de quelque chose d’extérieur. Cette conception du monde est devenue la base de toute notre science et de notre philosophie.

La religion, la science, l’opinion publique clament que la vie que nous menons est mauvaise, mais que la doctrine qui nous enseigne comment on peut devenir meilleur et améliorer ainsi sa vie est une doctrine impraticable.

La religion dit : La doctrine de Christ, dans la mesure où elle tend à améliorer la vie de l’homme par ses forces raisonnables, est impraticable parce qu’Adam est déchu et que le monde est plongé dans le mal.

Cette doctrine est impraticable parce que la vie humaine évolue d’après certaines lois indépendantes de la volonté de l’homme — dit notre philosophie. La philosophie et toute la science disent, en d’autres termes, exactement ce que dit la religion par son dogme du péché originel et de la rédemption.

Dans la doctrine de la rédemption, il y a deux thèses fondamentales : 1) la vie normale de