Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol24.djvu/157

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


La doctrine de Christ est la doctrine du fils de l’homme, c’est-à-dire la doctrine de l’aspiration au bien commun à tous les hommes, et c’est la raison, commune à tous les hommes, qui les éclaire dans cette aspiration. (Il est tout à fait superflu de prouver que fils de l’homme veut dire fils de l’homme. Pour sous-entendre dans ces mots quelque chose d’autre que ce qu’ils signifient, il faut établir que Christ employait intentionnellement, pour dire ce qu’il voulait, des mots qui avaient un tout autre sens. Mais si même, comme le veut l’Église, fils de l’homme signifiait fils de Dieu, même dans ce cas, fils de l’homme ne se rapporterait pas moins à l’homme, à son essence, car Christ appelle tous les hommes fils de Dieu).

La doctrine du Christ sur le fils de l’homme — le fils de Dieu, qui est la base de tous les évangiles, est exprimée plus clairement dans l’entretien de Christ avec Nicodème. Chaque homme, dit-il, possède outre la conscience de sa vie matérielle, individuelle, et de sa naissance charnelle d’un père et d’une mère, la conscience de sa naissance divine (Jean, iii, 5, 6, 7.) La conscience de ce qu’il y a de libre en chacun de nous, de ce qui existe par soi-même, vient de l’infini, de ce que nous appelons Dieu (11-14). Or, c’est cela même, ce qui est né de Dieu, ce fils de Dieu dans l’homme, que nous devons rehausser en nous, pour posséder la vie véritable (14-17). Le fils de l’homme est fils homo-