Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol24.djvu/158

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


gène de Dieu (et non fils unique). Quiconque élèvera en lui-même ce fils de Dieu au-dessus de tout, quiconque croira que la vie n’est qu’en lui, celui-là ne sera pas séparé de la vie. Les hommes s’éloignent de la vie parce qu’ils ne croient pas à la lumière qui est en eux (18-21). (Cette lumière dont parle Jean dans son Évangile quand il dit qu’en elle était la vie, et que la vie était la lumière des hommes.)

Christ enseigne à élever au-dessus de tout le fils de l’homme qui est le fils de Dieu et la lumière des hommes. Il dit : Quand vous aurez élevé (c’est-à-dire mis au-dessus de tout) le fils de l’homme, alors vous reconnaîtrez que je ne dis rien de mon propre chef (Jean, xii, 32, 44, 49). Les Juifs ne comprennent pas sa doctrine et lui demandent qui est ce fils de l’homme qu’on doit élever ? (Jean, xii, 34). À cette question il répond (Jean, xii, 35) : « La lumière est encore en vous [1] pour un peu de temps ; marchez pendant que vous avez la lumière, de peur que les ténèbres ne vous surprennent. Car celui qui marche dans les ténèbres ne sait où il va. » À la question : Que signifie élever le fils de l’homme ? Christ répond : Vivre dans la lumière, qui est en chaque homme.

  1. Dans toutes les traductions de l’Église, on commet à cet endroit une erreur intentionnelle ; au lieu des mots en vous, ἐν ὑμῖν, partout où se rencontrent ces mêmes mots on lit : avec vous.