Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol24.djvu/265

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Réponse. — De tuer, d’ôter la vie au prochain de quelque manière que ce soit.

Demande. — Est-ce que tout meurtre est une transgression de la loi ?

Réponse. — Le meurtre n’est pas une transgression de la loi quand on ôte la vie en vertu de son mandat, par exemple :

1o Quand on punit de mort un criminel condamné en justice ;

2o Quand on tue à la guerre pour son souverain et sa patrie. (Les italiques sont dans l’original).

Et plus loin :

Demande. — Quels sont les cas de meurtre où l’on transgresse la loi ?

Réponse. — … quand quelqu’un cache un meurtrier ou lui donne la liberté.

Et tout cela s’imprime en centaines de milliers d’exemplaires et s’enseigne à tout le peuple russe sous le nom de doctrine chrétienne, obligatoirement, sous peine de châtiment. On enseigne cela à tout le peuple russe. On enseigne cela à tous ces anges innocents, aux enfants, à ces enfants que Christ recommande de ne point éloigner de lui, car c’est à eux qu’appartient le royaume de Dieu, — à ces enfants auxquels nous devons ressembler pour entrer dans le royaume de Dieu, auxquels nous devons ressembler par l’ignorance de ces fausses doctrines, — à ces enfants que le Christ voulait défendre en disant : Malheur à celui qui