Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol24.djvu/264

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


prêter serment au premier signe de l’autorité légitime (p. 111). À propos du quatrième commandement — la célébration du sabbat, — le catéchisme enseigne la célébration non du sabbat mais du dimanche, des treize fêtes principales et d’une quantité de fêtes moins importantes, l’observance de tous les carêmes ainsi que du jeûne les mercredis et vendredis (p. 112-115). À propos du cinquième commandement — honorez vos père et mère, — le catéchisme prescrit d’honorer « le souverain, la patrie, les Pères spirituels, les chefs sous tous les rapports» (sic) ; et, sur la manière d’honorer les chefs, trois pages, avec l’énumération des chefs et autorités de toutes sortes : les autorités des collèges, les autorités civiles, les juges, les autorités militaires, les maîtres (sic) ès-qualité envers ceux qui les servent et qu’ils possèdent (sic) (pp. 116-119). Je cite d’après le catéchisme daté de 1864. Vingt années se sont écoulées depuis l’abolition du servage, et personne ne s’est donné la peine de rayer cette phrase qui, à propos du commandement d’honorer Dieu, d’honorer ses parents, a été introduite dans le catéchisme pour soutenir et justifier le servage.

À propos du sixième commandement — tu ne tueras point — dès les premières lignes les instructions du catéchisme apprennent à tuer.

Demande — Que défend le sixième commandement ?