Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol24.djvu/280

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


à ces explications, et le nombre de ces gens diminue chaque jour, chaque heure. Arrêter ce mouvement est tout à fait impossible.

Tous les hommes suivent irrésistiblement ceux qui marchent en avant et tous finiront par rejoindre l’avant-garde. Et l’avant-garde se tient au bord de l’abîme. Cette avant-garde se trouve dans une terrible situation : elle organise la vie pour elle-même, elle la prépare pour tous ceux qui suivent et qui ignorent absolument pourquoi ils font ce qu’ils font. Pas un seul homme civilisé, de l’avant-garde, n’est capable de donner actuellement une réponse à cette question précise : pourquoi mènes-tu la vie que tu mènes ? Pourquoi fais-tu tout ce que tu fais ? J’ai essayé de poser cette question ; je l’ai posée à des centaines de personnes, et je n’ai jamais obtenu de réponse directe. Toujours, au lieu d’une réponse directe à une question personnelle : pourquoi vis-tu de cette façon et agis-tu ainsi ? j’ai reçu une réponse non pas à ma question mais à une question que je n’avais pas posée.

Un catholique croyant, un protestant, un orthodoxe, quand on lui demande pourquoi il mène l’existence qu’il mène, c’est-à-dire une existence contraire à la doctrine du Christ-Dieu qu’il confesse, commence toujours, au lieu de répondre directement, à parler du déplorable esprit de scepticisme de la génération actuelle, des gens mal intentionnés qui sèment l’incrédulité, de l’importance et de