Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol24.djvu/279

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


même chose de l’Indou, du Chinois, du Romain et du mahométan, la même chose du chrétien d’il y a un siècle, et la réponse est encore la même maintenant pour la masse ignorante des chrétiens. Le chrétien qui ignore ces questions répond maintenant ainsi : la conscription, les guerres, les tribunaux, la peine de mort, tout cela existe en vertu de la loi de Dieu, qui nous est transmise par l’Église. Le monde d’ici-bas est un monde déchu. Tout le mal qui existe est voulu par Dieu, comme punition pour les péchés du monde, c’est pourquoi nous ne pouvons pas remédier à ce mal. Nous pouvons seulement sauver notre âme par la foi, les sacrements, les prières et la soumission à la volonté de Dieu, laquelle nous est transmise par l’Église. Et l’Église nous enseigne que tous les chrétiens doivent obéir sans hésitation aux souverains, aux oints du Seigneur et aux chefs préposés par eux ; qu’ils doivent défendre par la force leur propriété et celle des autres, faire la guerre, infliger la mort et s’y soumettre sur l’ordre des autorités instituées par Dieu.

Bonnes ou mauvaises, ces raisons suffisaient à un chrétien, à un juif, à un bouddhiste, à un mahométan, pour expliquer toutes les contingences de la vie, et l’homme ne renonçait pas à sa raison en vivant d’après une loi qu’il tenait pour divine. Mais le temps est venu où ce ne sont que les gens les plus incultes qui ajoutent foi