Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol24.djvu/29

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Ainsi, Christ dit bien ce qu’il veut dire. On peut soutenir que la pratique de cette règle est très difficile ; on peut contester que chacun de ceux qui la pratiquent se sente heureux ; on peut dire, comme les incrédules, que c’est stupide, que Christ était un rêveur, un idéologue qui formulait des règles impraticables auxquelles, par sottise, se soumettaient ses disciples ; mais il est impossible de prétendre que Christ n’a pas exprimé d’une façon très claire et très précise ce qu’il a voulu dire : que, selon sa doctrine, un homme ne peut pas résister au mal et que, par conséquent, quiconque a accepté sa doctrine ne résistera pas au mal. Et cependant ni les croyants ni les incrédules n’admettent cette interprétation simple et claire des paroles du Christ.