Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol24.djvu/305

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


parce que les hommes et les femmes abandonnés par leur premier compagnon sont la cause principale de toute la débauche qui existe dans le monde. Parmi toutes ces choses qui me portent à la débauche, plus encore que l’éducation sauvage qui, physiquement et intellectuellement, développait en moi la passion érotique et la justifiait par toutes sortes d’arguments spécieux, le piège principal auquel je succombais était l’abandon de la femme avec laquelle je m’étais uni pour la première fois et la situation des femmes abandonnées que je voyais autour de moi. Je comprends maintenant que la force principale de la tentation se trouvait non pas dans mes désirs charnels, mais dans la non-satisfaction de ces désirs chez les femmes et les hommes abandonnés qui m’entouraient. Je comprends maintenant les paroles de Christ : Dieu au commencement fit l’homme, — mâle et femelle, en sorte que deux deviennent une seule chair, et, par conséquent, l’homme ne peut et ne doit séparer ce que Dieu a joint. Je comprends maintenant que la monogamie est la loi naturelle de l’humanité qui ne peut pas être enfreinte. Je comprends maintenant, parfaitement, les paroles qui disent que celui qui abandonne son époux, c’est-à-dire celui auquel il a été uni tout d’abord, pour en prendre un autre, oblige son conjoint à s’adonner à la débauche et introduit ainsi dans le monde un mal nouveau qui tournera contre lui. Je crois à cela, et