Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol24.djvu/49

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Ne sont-ce pas les riches qui vous oppriment et qui vous tirent devant les tribunaux ? 7) Ne sont-ce pas eux qui blasphèment le beau nom qui a été invoqué sur vous ? 8) Si vous accomplissez la loi royale, selon l’Écriture qui dit : tu aimeras ton prochain comme toi-même (Lev. xix, 18), vous faites bien. 9) Mais si vous avez égard à l’apparence des personnes, vous commettez un péché, et vous êtes condamnés par la loi comme des transgresseurs. 10) Car quiconque aura observé toute la loi, s’il vient à pécher dans un seul commandement, est coupable comme s’il les avait tous violés. 11) Car celui qui a dit : Tu ne commettras point adultère, a dit aussi : Tu ne tueras point. Si donc tu ne commets pas adultère, mais que tu tues, tu es transgresseur de la loi : Deut., xxii, 22 ; Lev., xviii, 17-25. 12) Parlez et agissez comme devant être jugés par la loi de la liberté. 13) Car il y aura une condamnation sans miséricorde sur celui qui n’aura point usé de miséricorde ; mais la miséricorde s’élève au-dessus du jugement.

Ces derniers mots : la miséricorde s’élève au-dessus du jugement souvent ont été traduits de manière à montrer que le jugement est compatible avec le christianisme, mais qu’il doit être miséricordieux.

Jacques exhorte ses frères à ne pas faire de différence entre les personnes. Si vous avez égard à la condition des personnes, vous διασϰρίβετε, vous