Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol24.djvu/59

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



IV

Maintenant je comprenais exactement ce qu’avait dit Christ quand il prononça : Vous avez appris : œil pour œil, dent pour dent. Et moi je vous dis : Ne résistez pas au méchant, mais supportez-le. — Christ dit : On vous a inspiré, et vous avez été habitués à penser ainsi, qu’il est bon et raisonnable de vous défendre par la violence contre le méchant, en lui arrachant œil pour œil, en instituant les tribunaux criminels, la police, les armées, en luttant contre l’ennemi ; et moi je vous dis : n’employez pas la violence, ne faites de mal à personne, même à ceux que vous appelez vos ennemis.

Je comprenais maintenant que dans sa sentence sur la non résistance au méchant, Christ dit non seulement ce qui résultera directement pour chacun de l’observance de la non résistance, mais que, — l’opposant à la loi de Moïse d’après laquelle