Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol24.djvu/95

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



VI

Quand j’eus compris la loi du Christ comme loi du Christ et non pas comme loi de Moïse et du Christ, quand j’eus compris le commandement de cette loi qui abroge nettement la loi de Moïse, alors, au lieu de l’obscurité, de la diffusion, de la contradiction que présentaient pour moi les Évangiles, ils se fondirent en un tout homogène, et, de cet ensemble, se détacha la substance de toute la doctrine formulée dans cinq commandements simples, clairs, accessibles à tous (Matth., v, 21-48), dont, jusque-là, j’ignorais l’existence. Dans tous les Évangiles il est question des commandements de Christ et de leur pratique.

Tous les théologiens parlent des commandements de Christ, mais quels étaient ces commandements, je l’ignorais auparavant. Il me semblait que le commandement de Christ était d’aimer