Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol24.djvu/96

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Dieu et le prochain comme soi-même. Et je ne voyais pas que cela ne pouvait pas être le nouveau commandement de Christ parce que c’était celui des Anciens (Deutéronome et Lévitique). Les paroles (Matthieu, v, 19) : — Celui donc qui aura violé l’un de ces plus petits commandements, et qui aura ainsi enseigné les hommes, sera estimé le plus petit dans le royaume des cieux, — se rapportaient, me semblait-il, aux lois de Moïse. Mais que Christ eût formulé d’une manière claire et précise de nouvelles lois, dans le chapitre v de Matthieu, versets 21-48, cela ne m’était jamais venu à l’esprit. Je ne voyais pas que dans le passage où Christ dit : « Vous avez entendu… et moi je vous dis… », Christ formule de nouveaux commandements très précis, et, d’après le nombre des références à l’ancienne loi (en réunissant en une seule les deux références à l’adultère), cinq nouveaux commandements parfaitement clairs sont donnés par Christ.

J’avais entendu parler des béatitudes et de leur nombre ; j’avais rencontré leur énumération et leur explication dans mes leçons de religion ; mais je n’avais jamais entendu rien dire des commandements du Christ. À mon grand étonnement je dus les découvrir.

Et voici comment je les découvris. Matthieu (v, 21-26) écrit : « Vous avez entendu qu’il a été dit aux anciens : Tu ne tueras point ; celui qui tuera