Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol26.djvu/15

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


QUE DEVONS-NOUS FAIRE ?
(1884-1885)




Alors le peuple lui demanda : Que ferons-nous donc ?
Il leur répondit : Que celui qui a deux habits en donne à celui qui n’en a point ; et que celui qui a de quoi manger fasse de même. (Luc, iii, 10-11.)
Ne vous amassez pas des trésors sur la terre, ou les vers et la rouille gâtent tout, et où les larrons percent et dérobent ;
Mais amassez-vous des trésors dans le ciel, où les vers ni la rouille ne gâtent rien et ou les larrons ne percent ni ne dérobent point ;
Car où est votre trésor, là sera aussi votre cœur.
L’œil est la lumière des corps : si donc ton œil est sain, tout ton corps sera éclairé ;
Mais si ton œil est mauvais, tout ton corps sera ténébreux. Si donc la lumière qui est en toi n’est que ténèbres, combien seront grandes ces ténèbres !
Nul ne peut servir deux maîtres ; car, ou il haïra l’un, et aimera l’autre ; ou il s’attachera à l’un et méprisera l’autre : vous ne pouvez servir Dieu et Mammon.
C’est pourquoi je vous dis : Ne soyez point en souci, pour votre vie,