Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol26.djvu/54

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


occupé des plus malheureux que je pensais rencontrer dans cette maison. Je décidai que dans la distribution de nos secours, il fallait un ordre ; d’abord les plus malheureux, ensuite, ceux-ci. Mais dans le logement suivant, dans l’autre encore c’était la même chose ; tous demandaient à être examinés plus en détail avant d’être secourus. Il n’y avait pas de ces malheureux qu’on peut rendre heureux en leur donnant de l’argent. Quelque honteux que ce fût pour moi, je commençais à être déçu de ne trouver dans cette maison rien de semblable à ce que j’attendais d’y rencontrer. Je m’attendais à trouver ici des gens particuliers, mais après avoir parcouru tous les logements je dus me convaincre que les habitants de cette maison n’étaient point des gens particuliers, mais des êtres tout à fait semblables à ceux parmi lesquels je vivais. Comme parmi nous, il y avait des hommes plus ou moins bons, plus ou moins mauvais, plus ou moins heureux, plus ou moins malheureux. Leur malheur était le même que parmi nous ; il n’était pas dans les conditions extérieures mais en eux-mêmes : malheur auquel on ne peut remédier par aucun billet de banque.