Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol26.djvu/55

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



VI

Les habitants de ces logements composaient la population inférieure de la ville, population qui doit être, à Moscou, supérieure à cent mille âmes. Dans cette maison, il y a des représentants de toutes sortes de cette population : petits patrons et artisans, cordonniers, fabricants de balais, menuisiers, charpentiers, tailleurs, forgerons ; il y a aussi des cochers à leur compte, des petits marchands, des blanchisseuses, des marchands de bric à brac, des usuriers, des journaliers et des gens sans occupation définie ; il y a aussi des mendiants et des femmes débauchées. Il y a, dans cette maison, beaucoup de ces mêmes gens que j’avais vus à l’entrée de la maison Liapine, mais ici, ils sont dispersés parmi les travailleurs. En outre, ceux-ci, je les avais vus au temps le plus mauvais pour eux, où tout est mangé et bu, où, gelés et affamés, chassés des débits, ils attendent comme une manne