Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol26.djvu/76

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


même vie. L’une mène sa fille au cabaret, l’autre à la cour ou au bal. Chez l’une et l’autre mère, la conception du monde est la même, à savoir que la femme doit satisfaire la luxure de l’homme et qu’il faut, à cet effet, la nourrir, la vêtir et la soigner. Comment nos dames pourraient-elles corriger cette femme et sa fille ?