Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol3.djvu/200

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Mais que ferons-nous là-bas ?

Bieletzkï sourit malicieusement, cligna des yeux, et de la tête montra la cuisine dans laquelle avait disparu Marianka.

Olénine haussa les épaules et rougit.

— Vraiment, vous êtes un homme étrange, — dit-il. — Eh bien, racontez.

Olénine s’assombrit, Bieletzkï le remarqua et eut un sourire forcé.

— Mais comment ? Excusez donc — dit-il — Vous demeurez dans la même maison et une si superbe fille, une vraie beauté…

— Oh ! oui, une merveilleuse beauté. Je n’ai jamais vu de femme pareille — fit Olénine.

— Eh bien ! Alors quoi donc ? — demanda Bieletzkï, n’y comprenant absolument rien.

— Cela peut être étrange, — fit Olénine — mais pourquoi ne pas dire ce qui est ? Depuis que je vis ici, les femmes n’existent pas pour moi. Et c’est si bon, vraiment ! Et que peut-il y avoir de commun entre nous et ces femmes ? Erochka, c’est une autre affaire, avec lui nous avons une passion commune, la chasse.

— Ah ! Ah ! Qu’y a-t-il de commun ? Et qu’y a-t-il de commun entre moi et une Amalia Ivanovna [1] ? C’est la même chose. Vous direz qu’elles sont un peu plus sales, ça c’est une

  1. Nom sous lequel on désigne généralement les femmes galantes d’origine allemande.