Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol3.djvu/228

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


laïka [1] apportée d’au delà du fleuve. Depuis longtemps il promettait ce plaisir à Olénine et il était de bonne humeur. En s’apercevant qu’Olénine écrivait, il s’attrista.

— Écris, écris, mon père ! — fit-il en chuchotant comme s’il supposait qu’un esprit quelconque se tînt entre lui et le papier. Et dans la peur de l’effrayer, sans bruit, tout doucement, il s’assit à terre.

Quand l’oncle Erochka était ivre, c’était sa place favorite.

Olénine se retourna, donna l’ordre de lui apporter du vin et continua d’écrire. Erochka s’ennuyait de boire seul, il voulait parler.

— Je suis allé chez le propriétaire, aux fiançailles. Mais ce sont des cochons ! Je ne veux pas, je suis venu chez toi.

— Et d’où as-tu la balalaïka ? — demanda Olénine tout en écrivant.

— J’ai été au delà du fleuve, mon petit père, et je l’ai trouvée là-bas, — fit-il tout doucement. — Je suis un grand artiste sur la balalaïka : une chanson tatare, cosaque, de nobles ou de soldats, tout ce que tu voudras ?

Olénine se retournant de nouveau lui sourit, et continua d’écrire.

Ce sourire encouragea le vieux.

— Laisse, mon petit père ! Laisse, — fit-il tout à coup d’un ton résolu. — Eh bien, ils t’ont offensé,

  1. Instrument à cordes, populaire.