Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol3.djvu/320

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Adieu, père, adieu. Je penserai à toi ! — cria Erochka.

Olénine se retourna. L’oncle Erochka causait avec Marianka, évidemment sur ses affaires, et ni le vieux ni la fille ne regardaient vers lui.