Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol3.djvu/321

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


L’INCURSION
RÉCIT D’UN VOLONTAIRE
(1852)





I



Le 12 juillet, le capitaine Khlopov, avec sabre et épaulettes — tenue que je ne lui avais pas encore vue depuis mon arrivée en Caucase, — apparut dans la porte basse de ma hutte.

— Je viens tout droit de chez le colonel — fit-il en réponse au regard interrogateur avec lequel je l’accueillis. — Demain notre bataillon sort.

— Où ? — demandai-je.

— À N. N… Là bas est fixée la concentration des troupes.

— Et de là, on entreprendra probablement un mouvement quelconque ?

— Probablement.

— Où donc ? Qu’en pensez-vous ?

— Quoi penser ? Je vous dis ce que je sais. Hier