Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol3.djvu/383

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


rassemble en lui les meilleures vertus chrétiennes : douceur, piété, patience, résignation à la volonté de Dieu, c’est en général le type d’un soumis. Le trait caractéristique du soumis de sang-froid c’est un calme que rien ne peut ébranler et le mépris pour toutes les malveillances que le sort peut lui réserver.

Le trait essentiel d’un soumis qui boit, c’est la tendance douce, poétique et la sentimentalité. Le trait essentiel d’un soumis empressé c’est la pauvreté des capacités intellectuelles unies à l’amour du travail sans but, et le zèle.

Le type des autoritaires se rencontre principalement dans une classe plus élevée des soldats : des caporaux, des sous-officiers, etc. ; et dans la première division, celle des autoritaires brusques, il y a un type très noble, énergique, essentiellement militaire mais qui n’exclut pas de hauts élans poétiques. (À ce type appartenait le caporal Antonov que j’ai l’intention de présenter au lecteur). La deuxième division, celle des autoritaires diplomates, depuis un certain temps se répand de plus en plus. L’autoritaire diplomate est toujours éloquent, lettré, porte une chemise rose, ne mange pas à la gamelle, fume parfois le tabac de Mousatov, se croit beaucoup plus que le simple soldat, et lui-même est rarement aussi bon soldat que les autoritaires de la première sorte.

Le type du crâne, de même que le type de l’auto-