Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol5.djvu/147

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



VII

En effet, dehors il faisait froid, mais Albert ne le sentait pas tellement il était échauffé par le vin bu et par la discussion.

Une fois dans la rue, il se retourna et, joyeux, se frotta les mains. La rue était déserte, mais les feux rouges des longues files de réverbères brillaient encore, le ciel était étoilé. — Quoi ! — dit-il en s’adressant à la fenêtre éclairée de l’appartement de Delessov et mettant les mains sous le pardessus, dans les poches de son pantalon. Le corps penché en avant, Albert, à pas lourds et indécis, allait à droite dans la rue.

Il sentait dans les jambes et dans l’estomac une lourdeur extraordinaire. Un bruit quelconque emplissait sa tête, une force invisible le jetait d’un côté à l’autre, mais il avançait toujours dans la direction de l’appartement d’Anna Ivanovna.