Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol5.djvu/203

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LE BONHEUR CONJUGAL


ROMAN


(1859)




PREMIÈRE PARTIE




I

Nous étions en deuil de notre mère, morte en automne, et nous trouvions pour tout l’hiver à la campagne, seules, moi, Katia et Sonia.

Katia était la vieille amie de la maison, l’institutrice qui nous avait tous élevés, et je me la rappelais et l’aimais depuis que je me souvenais de moi-même. Sonia était ma sœur cadette.

Nous passions l’hiver sombre et triste dans notre vieille maison de Pokrovskoïé. Le temps était froid, venteux, si bien que la neige s’entassait jusqu’à hauteur des fenêtres. Les vitres étaient presque toujours gelées et ternes, et presque tout