Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol5.djvu/22

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Au nom de Dieu, va, — lui dit-il, — exhorte-le…

Le prince y alla. Le grand dit :

— Moi, je ne crains rien. Je ne veux pas m’expliquer avec un gamin. Je ne veux pas et c’est fini.

Eh bien ! On a parlé, parlé, enfin ça se calma.

Mais le grand client cessa de venir chez nous.

Sur l’amour-propre, ce Nekhludov était un vrai coq… mais quant au reste il ne comprenait rien du tout.

Je me rappelle une fois :

— Qui est ici avec toi ? — dit le prince à Nekhludov.

— Personne.

— Comment personne ?

— Pourquoi ? — dit Nekhludov.

— Comment, pourquoi !

— Moi, — dit-il, — jusqu’à présent j’ai vécu comme ça, alors pourquoi ne peut-on pas ?

— Comment, tu vivais comme ça ? C’est pas possible !

Il éclata de rire et le client à la moustache éclata aussi.

On se moqua de lui tout à fait.

— Alors jamais ? — disent-ils.

— Jamais.

Ils étouffent de rire. Alors, naturellement, je compris aussitôt qu’ils se moquaient de lui. Je regarde ce qui va en résulter.