Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol7.djvu/151

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


et osait se conduire ainsi envers Maria Dmitrievna.

Natacha ne se calma qu’après qu’on lui eût dit qu’il y aurait une glace d’ananas. Avant la glace on servit le champagne, la musique joua de nouveau, le comte embrassa la comtesse, et les hôtes, se levant, félicitèrent la comtesse et à travers la table choquèrent leur verre avec le comte, avec les enfants, et entre eux. De nouveau les domestiques s’agitèrent, de nouveau un bruit de chaises, et dans le même ordre, mais avec des visages plus rouges, les hôtes retournèrent dans le salon et dans le cabinet du comte.