Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol7.djvu/408

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


grand étonnement, il remarquait qu’en réalité on ne donnait aucun ordre et que le prince Bagration tâchait seulement de donner à tout ce qui se faisait par nécessité, par hasard et par la volonté des chefs particuliers, l’apparence d’actes accomplis sinon par son ordre, du moins d’accord avec ses intentions. Grâce au tact que montrait le prince Bagration, le prince André remarquait que, malgré ce hasard des événements et leur indépendance de la volonté du chef, sa présence faisait beaucoup. Les chefs qui s’approchaient de Bagration avec des visages défaits, se rassérénaient, les soldats et les officiers le saluaient joyeusement, s’animaient en sa présence et, devant lui, exaltaient visiblement leur courage.