Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol7.djvu/41

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


et d’une façon touchante ; pour qu’il ne s’éloignât pas, elle lui prit la main.

— Que vous fassiez dire un mot à l’empereur, et tout de suite il passera dans la garde, — fit-elle.

— Croyez que je ferai tout mon possible, princesse, — répondit le prince Vassili ; — mais il m’est difficile de faire une demande à l’empereur ; je vous conseillerais de vous adresser à Roumiantzev par l’intermédiaire du prince Golitzine : ce serait plus adroit.

La dame âgée s’appelait la princesse Droubetzkaia, d’une des meilleures familles de la Russie, mais elle était pauvre, avait quitté le monde depuis longtemps et avait perdu ses anciennes relations. Elle était venue, maintenant, afin d’obtenir, pour son fils unique, une nomination dans la garde.

C’était seulement pour rencontrer le prince Vassili qu’elle s’était imposée et était venue à la soirée d’Anna Pavlovna, c’était pour cela seul qu’elle avait écouté l’histoire du vicomte. Elle s’effraya des paroles du prince Vassili. Son visage, jadis beau, exprima la colère, mais cela ne dura qu’un moment. Elle sourit de nouveau, et étreignit plus fortement la main du prince.

— Écoutez, prince, — dit-elle, — je ne vous ai jamais rien demandé, je ne vous demanderai jamais rien ; je ne vous ai jamais rappelé l’amitié de mon père pour vous. Mais maintenant, au nom de