Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol8.djvu/121

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


maintenant, Koutouzov et son état-major et nous tous, nous ne sommes absolument rien ; tout se fait maintenant chez l’empereur. Alors, allons chez Dolgoroukov, j’ai fort à propos besoin d’aller chez lui ; je lui ai déjà parlé de vous ; nous verrons s’il n’aurait pas la possibilité de vous installer près de lui ou quelque part là-bas, plus près du soleil.

Le prince André s’animait particulièrement quand il lui arrivait de guider un jeune homme vers le succès mondain, et, sous le prétexte de cette aide pour autrui que par orgueil il n’acceptait jamais pour soi, il se trouvait près de ce centre qui assurait le succès et qui l’attirait. Il se chargeait très volontiers de Boris et allait avec lui chez le prince Dolgoroukov.

Il était déjà très tard le soir quand ils arrivèrent au palais d’Olmütz occupé par les Empereurs et leurs Cours.

Le même jour avait eu lieu le Conseil supérieur de la guerre auquel assistaient tous les membres des Hofkriegsrath et les deux Empereurs. Au conseil, contre l’avis des anciens : Koutouzov et le prince Schwarzenberg, on avait décidé de prendre immédiatement l’offensive et de livrer à Bonaparte une bataille générale. Le Conseil supérieur de la guerre venait de prendre fin quand le prince André, accompagné de Boris, arriva au Palais pour voir le prince Dolgoroukov.