Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol8.djvu/338

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



XVI

Il y avait longtemps que Rostov n’avait éprouvé par la musique un tel plaisir qu’aujourd’hui. Mais dès que Natacha eut terminé sa barcarolle, la réalité se présenta de nouveau. Il ne dit rien, sortit et alla en bas dans sa chambre.

Un quart d’heure après, le vieux comte, gai et content, rentra du club. Nicolas, l’ayant entendu rentrer, alla chez lui.

— Eh bien ? T’es-tu bien amusé ?… dit Ilia Andréiévitch, en souriant joyeusement et fièrement à son fils.

Nicolas voulait dire « oui, » mais il ne put pas et faillit sangloter.

Le comte allumait sa pipe et ne remarquait pas l’état de son fils.

« C’est inévitable, » pensa Nicolas, pour la première et la dernière fois. Tout d’un coup, du ton le plus négligent, que lui-même jugea vilain,