Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol8.djvu/381

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Le grand-maître frappa du marteau. Tous s’assirent à leurs places, et l’un d’eux lut le sermon sur la nécessité de l’humiliation.

Le grand-maître proposa d’accomplir le dernier rite, et le fonctionnaire important, qui avait le titre de trésorier, fit le tour de l’assemblée.

Pierre voulait inscrire sur la liste tout ce qu’il avait, mais, craignant de montrer ainsi de l’orgueil, il souscrivit la même somme que les autres.

La séance était terminée. Quand Pierre rentra chez lui, il lui sembla qu’il revenait d’un long voyage qui avait duré plusieurs années et qu’il avait maintenant tout à fait changé et perdu ses anciennes habitudes de vie.