Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol8.djvu/397

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


d’elle, il lui baisa la main, avec une absence étrange, tout à fait inattendue, de son sourire, elle lui chuchota : — Venez demain dîner… le soir. Il faut que vous veniez… Venez.

Durant son séjour à Pétersbourg, Boris devenait l’intime de la maison de la comtesse Bezoukhov.