Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol8.djvu/416

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



X

Peu après sa réception dans la fraternité des maçons, Pierre avec le guide complet, écrit pour lui-même, de ce qu’il devait faire dans ses domaines, partit pour la province de Kiev où se trouvaient la plupart de ses serfs.

Arrivé à Kiev, Pierre appela à son bureau principal tous ses intendants et leur expliqua ses intentions et ses désirs. Il leur dit que certainement des mesures seraient prises pour l’émancipation générale des paysans, mais que d’ici là les paysans ne devaient pas être écrasés de travail, que les femmes et les enfants ne devaient pas être envoyés à la corvée, qu’il fallait aider les paysans, que les punitions devaient être verbales et non corporelles, que des hôpitaux, des hospices et des écoles devaient être construits dans chaque domaine.

Quelques-uns des intendants (certains étaient