Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol8.djvu/70

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


celle-ci s’empourpra et, effrayée, regarda la princesse.

« Quelle délicatesse ! Est-ce qu’Amélie (c’était le prénom de mademoiselle Bourienne) peut penser que je suis jalouse d’elle et que je n’apprécie pas sa pure tendresse et son dévouement pour moi ? » pensa la princesse.

Elle s’approcha de mademoiselle Bourienne et l’embrassa fortement.

Anatole s’approcha pour baiser la main de la petite princesse.

Non, non, non ! Quand votre père m’écrira que vous vous conduisez bien, je vous donnerai ma main a baiser. Pas avant. Et, levant le petit doigt, en souriant, elle sortit de la chambre.