Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol8.djvu/71

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



V

Tous se séparèrent, et, sauf Anatole qui s’endormit aussitôt au lit, cette nuit, de longtemps, personne ne put fermer l’œil.

« Est-ce lui mon mari, lui, cet étranger beau et bon, oui, précisément bon », pensait la princesse Marie ; et la peur, qui presque jamais ne la visitait, descendit sur elle.

Elle avait peur de se retourner. Il lui semblait que quelqu’un se trouvait ici, derrière le paravent, dans le coin sombre. Et ce quelqu’un était le diable, un homme au front blanc, aux sourcils noirs, la bouche rouge.

Elle sonna la femme de chambre et lui demanda de coucher dans sa chambre.

Mademoiselle Bourienne, ce soir-là, se promena longtemps dans le jardin d’hiver, attendant vainement quelqu’un, tantôt souriant, tantôt émue jus-