Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol9.djvu/230

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



VII

Quand vers le soir Ilaguine fit ses adieux à Nicolas, celui-ci se trouvait si loin de sa maison qu’il accepta pour toute la chasse l’hospitalité que lui offrit l’oncle dans son village Mikhaïlovka.

— Si vous veniez chez moi, bon ! dit l’oncle ; voyez-vous, ce sera mieux, le temps est humide. Vous vous reposeriez, on ramènerait la petite comtesse en voiture.

La proposition de l’oncle était acceptée ; on envoya un domestique à Otradnoié chercher la voiture, et Nicolas, Natacha et Pétia partirent chez l’oncle.

Cinq personnes de la domesticité, grandes et petites, accoururent au grand escalier pour rencontrer le maître. Des dizaines de femmes, vieilles, grandes et petites, s’y montrèrent pour regarder les chasseurs qui arrivaient. La présence de Natacha, d’une dame à chevai, amena la curiosité des