Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol9.djvu/41

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


exprima que l’honneur ne peut se soutenir par les privilèges nuisibles à la marche du service, que l’honneur peut avoir deux significations : ou une conception négative, l’abstention d’un acte mauvais, ou la source de cette ambition qui vise à recevoir les approbations et les récompenses dues à cette abstention. Ses déductions étaient brèves, simples et claires. — L’institution qui soutient cet honneur, la source d’émulation, c’est l’institution semblable à celle de la Légion d’honneur du grand empereur Napoléon, qui ne nuit pas mais aide au succès du service. Ce n’est pas un privilège de caste, ou de cour.

— Je ne discute pas, mais on ne peut nier que les privilèges de la cour n’aient atteint le même but, dit le prince André. Chaque courtisan se croit obligé de soutenir dignement sa situation.

— Mais vous n’en vouliez pas profiter, prince, dit Spéransky en montrant par son sourire qu’il désirait terminer, par une amabilité, une discussion incommode pour son interlocuteur. Si vous me faites l’honneur de venir chez moi le mercredi, ajouta-t-il, alors après avoir causé à Magnitzkï, je vous communiquerai ce qui pourra vous intéresser, et en outre j’aurai le plaisir de m’entretenir de divers détails avec vous.

Il ferma les yeux, salua et, à la française, sans dire adieu, en tâchant de ne pas être aperçu, il sortit du salon.