Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol9.djvu/48

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



VII

Deux années auparavant, en 1808, en rentrant à Pétersbourg après un voyage dans ses domaines, Pierre, sans le vouloir, s’était trouvé à la tête de la franc-maçonnerie de Pétersbourg. Il organisait des loges de tables et des loges funéraires, recrutait de nouveaux membres, s’occupait de l’union des diverses loges et de l’acquisition de leurs chartes. Il donnait son argent pour la construction des temples et suppléait, comme il le pouvait, aux quêtes pour lesquelles la majorité des membres étaient avares et inexacts. Presque avec ses seules ressources il soutenait la maison des pauvres construite par l’ordre à Pétersbourg.

Sa vie, pendant ce temps, s’écoulait comme auparavant avec les mêmes entraînements et les mêmes débauches. Il aimait bien manger et bien boire, et, quoiqu’il trouvât cela immoral et humi-