Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol9.djvu/77

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



XI

Les affaires des Rostov ne s’étaient pas rétablies durant les deux années qu’ils avaient passées à la campagne.

Bien que Nicolas Rostov, ferme dans son intention, continuât à servir modestement dans un régiment obscur, ayant relativement très peu d’argent, la vie à Otradnoié était telle, et surtout Mitenka gérait si bien, que les dettes augmentaient chaque année. La seule ressource qui s’offrait au vieux comte, c’était le service, et il vint à Pétersbourg pour chercher un emploi et en même temps, comme il disait, pour amuser ses filles une dernière fois. Peu après l’arrivée des Rostov à Pétersbourg, Berg demanda en mariage Véra ; elle lui fut accordée.

Bien qu’à Moscou les Rostov appartinssent à la haute société sans le savoir eux-mêmes et sans penser à quelle société ils appartenaient, à Péters-