Page:Tolstoï - Œuvres complètes vol1.djvu/26

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


le Pamphile de Marchez dans la Lumière ; ou ils nous font assister à l’évolution de la chute au relèvement, comme avec Nikita, de la Puissance des Ténèbres, et l’héroïque et immortelle figure de Katucha de Résurrection.

Avec beaucoup de justesse, Tolstoï dit que le héros principal de ses œuvres, c’est la Vérité[1]. En présentant cette vérité, Tolstoï a pu, par un don à lui spécial, unir l’objectivité impartiale à l’appréciation subjective qu’il a mise dans tout ce qu’il a écrit, et, si l’on peut s’exprimer ainsi, c’est là toute sa méthode artistique, celle qui domine dans toutes ses œuvres, de l’une et de l’autre période.

Comme un rayon lumineux, dans toutes les œuvres de Tolstoï passe l’impression de l’amour qu’il accorde à ses types du peuple. Décrit-il les domestiques-serfs, ou la campagne, ou les soldats à Sébastopol, les sectaires ou les forçats, on sent partout qu’il les considère comme les vrais hommes, comme les héros, comme les saints, comme nos maîtres et nos éducateurs par les souffrances qu’ils ont endurées et par la foi que nous avons perdue et qu’ils conservent pieusement.

Mais Tolstoï n’idéalise pas le peuple russe. Le réalisme qui lui est particulier ne le quitte jamais,

  1. Lire les Récits de Sébastopol.