Page:Tolstoï - Œuvres complètes vol1.djvu/293

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


la plume qui était sur la table, je me mis a la déchiqueter et continuai à me taire.

— S’il vous plaît, la plume, — fit le maître en tendant la main, — elle nous servira. Eh bien ?

— Sai… Sai… saint Louis, était… était… un sage et bon roi.

— Quoi ?

— Roi. Il eut l’idée d’aller à Jérusalem et il remit les rênes du gouvernement à sa mère.

— Comment s’appelait-elle ?

— B… Bl… Blanca.

— Comment, Boulanca ?

Je souris niaisement.

— Eh bien, ne savez-vous pas encore autre chose ? — fit-il avec un sourire.

Je n’avais plus rien à perdre, je toussotai et commençai à raconter tout ce qui me vint en tête. Le maître se taisait en époussetant la table avec la plume qu’il m’avait prise ; il regardait fixement à côté de mon oreille, et répétait de temps en temps : « Bien, très bien ! » Je sentais que je ne savais rien, que je ne m’exprimais pas du tout comme il fallait et il m’était horriblement pénible de voir que le maître ne m’arrêtait pas, ne me reprenait pas.

— Pourquoi donc a-t-il eu l’idée d’aller à Jérusalem ? dit-il en répétant mes paroles.

— Parce que… c’est que… pour…

Je m’embrouillai tout à fait, je n’ajoutai plus un