Page:Tolstoï - De la vie.djvu/126

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHAPITRE XIV


La vraie vie de l’homme n’est pas ce qui s’accomplit dans l’espace et le temps.


L’homme sent que la vie qui est en lui est une aspiration à un bien qu’il ne peut acquérir qu’en soumettant son individualité animale à la loi de la raison.

L’homme ne connaît et ne peut connaître d’autre vie humaine. En effet, il ne reconnaît la vie dans l’animal que lorsque la matière dont celui-ci se compose, est soumise non seulement à des lois qui lui sont propres, mais encore à la loi supérieure de l’organisme.

Quand il y a dans une certaine agglomération de matière une soumission à la loi supé-