Page:Tolstoï - De la vie.djvu/49

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHAPITRE III

Erreur des Scribes.


Et, chose étonnante ! ce fait que toutes les doctrines des grands esprits de l’humanité ont frappé les hommes par leur sublimité à un point tel que les gens grossiers ont attribué à la plupart d’entre elles un caractère surnaturel et ont fait de leurs fondateurs des demi-dieux, — ce qui est la marque capitale de l’importance de ces doctrines, — c’est cette circonstance même qui fournit aux Scribes la meilleure preuve, leur semble-t-il, de l’imperfection de ces doctrines et de la façon dont elles sont arriérées.

Ce fait que les doctrines d’Aristote, de Bacon, de Comte et d’autres ont été et restent